Jean-Baptiste Vuillaume

Portait de Jean-Baptiste VuillaumeNé en 1798 à Mirecourt dans une famille de luthiers depuis 5 générations, il a eu une formation de luthier comme trois de ses quatre frères, dans l'atelier de son père Nicolas-François.

Très doué, lorsque le luthier parisien Antoine Lété a besoin d'un ouvrier pour construire les instruments de Francis Chanot, c'est lui qui y est envoyé. Il s'installera à son compte en 1825 au 30 de la rue Croix-des-Petits-Champs, et dès lors son ascension ne cessera qu'à sa mort. Très intéressé par les nouvelles techniques, curieux de tout ce qui peut le faire progresser dans son métier, il aura également la chance de croiser la route de Tarisio. Ce brocanteur italien, collectionneur de violons a un jour décidé de vendre ses trésors à Paris, où la vie musicale est intense. Il possède des Stradivarius, des Guarnerius, des Amati, et quantité d'autres instruments de maîtres crémonais.

Vuillaume sera des premiers à comprendre l'intérêt de ces pièces, et à en faire le commerce. Il s'en inspirera aussi pour sa lutherie, les copiera maintes fois. Il a été très prolifique, faisant fabriquer la majeure partie de ses instruments par d'habiles ouvriers ayant nom Maucotel, Germain, Darte, Mermillot.... Il a également fait travailler des archetiers, stimulant ainsi des Voirin, Peccatte, Maline, Pfretzschner... Il est décédé en 1899, laissant derrière lui une oeuvre immense, et une controverse tout aussi immense : est-il aussi un génial faussaire, ayant fabriqué le violon connu sous le nom de "Messie" ? Ou celui-ci est-il réellement un violon de Stradivarius ?

Share

Informations supplémentaires